Les feux d'artifice d'aujourd'hui

Vous trouverez sur cette page la partie : Les feux d'artifice d'aujourd'hui


        I - Les differents types d'artifices
 
                               La Chandelle

C’est un tube en carton (qui tient rôle de mortier), contenant plusieurs étages d’effets (bombes, comètes, gerbes, sifflets...).
Entre deux étages se trouve une mèche retard pour séquencer la vitesse de tir, et ainsi la durée du produit. Une chandelle dure généralement entre 20 et 30 secondes, et son calibre est compris entre 10 mm et 75 mm. La possibilité d’orienter aisément l’inclinaison permet de créer des tableaux avec de magnifiques symétries, et des formes dans l’espace remarquables.
 


Des éventails de chandelles installés dans une "panière", pour régler l’inclinaison :


 

Des chandelles tirant des envolées de comètes rouges traçantes argent.



                       Schéma d'une chandelle.
                                                                          La bombe

La bombe est le produit type du feu d’artifice en général. C’est elle qui offre ces énormes fleurs qui remplissent le ciel, qui fait vibrer le sol en libérant des palmiers dorés, qui constitue ces bouquets qui éblouissent tout le monde. Elle peut être sphérique ou cylindrique en fonction de l'effet qu'elle contient, ou de son pays de fabrication.

Elle est constituée de deux parties:
La partie propulsive, et la partie explosive:

- L’explosive est une enveloppe en carton ou plastique, de forme sphérique ou cylindrique (sphérique ci contre), elle contient une charge explosive (d'ouverture), et autour, des "étoiles" qui sont des sortes de billes de poudre noire compactée.

- La propulsive (la chasse) est une enveloppe qui contient une charge de poudre propulsive.
La liaison entre ces deux parties est une mèche retard (l’espolette).

Ces bombes sont logées dans des tubes de même diamètre (appelés mortiers). Mise à feu, la chasse s’enflamme instantanément produisant un flux de gaz brûlants qui allume l’espolette et propulse dans les airs la bombe, un peu comme le principe d’une sarbacane. Pendant l’ascension, l’espolette se consume pour mettre le feu finalement à la partie explosive qui éclate et libère les étoiles en fusion dans le ciel. 
Schéma en coupe horizontale d'une bombe de divertissement.


Le cône

C’est un tube en carton généralement, dans lequel est enfermé une composition à base de poudre noire et de particules métalliques. Au moment de l’allumage, la composition dégage des gaz brûlants qui montent en pression dans le tube, et projettent les particules en fusion (un peu comme un volcan en éruption). Lorsque la fontaine est cylindrique, on obtient la même hauteur d’effet durant la combustion, mais lorsque celle ci est cônique, on va gagner de la hauteur progressivement puisque la quantité de poudre enflammée est de plus en plus importante










L’effet de 4 cônes, avec dans les arbres la lueur de bengales rouges
 


Le bengal

C’est une composition chimique, enfermée dans un tube en carton ou métal, dont la propriété est de brûler en dégageant une lumière très intense (Il en existe de plusieurs couleurs).
On l’utilise pour embraser un site, ou pour faire ressortir en ombres chinoises un édifice en plaçant le bengale derrière celui-ci.
les fusées de détresse, ainsi que les torches de descente aux flambeaux entrent dans la famille des bengales.

 


Simulation d'incendie au château de Promery, des bengales rouges ont été disposé devant la façade et derrière les arbres.





La fusée


Elle se compose d'une tige stabilisatrice et d'un tube cylindrique contenant, à la base, la poudre pour la propulsion, et au sommet, la poudre avec les effets. Lorsque la combustion de la poudre de propulsion se termine, elle met le feu aux effets.

Représentation d'une fusée.

 Il existe des fusées de toutes tailles, et les effets sont tout aussi variés :

 

- bouquet de couleur

- effet sonore lors de l'ascension

- explosion ... ect.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :